Bruxelles inflige une amende record de 4,34 milliards d'euros Ó Google
On savait la Commission européenne sur le point d'agir. C'est fait! Google se voit imposer une amende de 4,34 milliards d'euros pour avoir abusé de sa position dominante avec son système d'exploitation Android et ainsi maintenu sa suprématie dans la recherche en ligne.

Margrethe Vestager, la Commissaire européenne en charge de la Concurrence, l'a annoncé ce mercredi sur le coup de 13 heures. L'UE inflige une amende record de 4,34 milliards d'euros à Google pour avoir abusé de la position dominante de son système d'exploitation pour smartphone, Android, afin d'asseoir l'hégémonie de son service de recherche en ligne.

La Commission européenne a également sommé l'entreprise américaine "de mettre fin à ses pratiques illégales dans les 90 jours, sous peine de se voir infliger des astreintes allant jusqu'à 5% du chiffre d'affaires journalier moyen mondial d'Alphabet", la société mère de Google.

La Commission a également rejeté l'argument de Google faisant référence à Apple comme concurrent des matériels fonctionnant sous le système d'exploitation Android, jugeant que le fabricant de l'iPhone n'entrave pas Google en raison notamment de ses prix plus élevés et aussi du fait que son magasin d'applications App Store n'est disponible que pour les combinés fonctionnant sous son système d'exploitation iOS.

"Le moteur de recherche de Google est son produit phare. Chaque année, Google génère plus de 95 milliards de dollars de revenus grâce aux publicités montrés et cliqués par les utilisateurs de Google Search et une grande partie de ses revenus sont dus à la montée en puissance des appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes", a indiqué Margrethe Vestager au moment de l'annonce.

Le groupe américain a fait part de son intention de faire appel de la décision de la Commission européenne. "Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins", a justifié un porte-parole de Google.

Ce montant record pulvérise la somme de 2,42 milliards d'euros déjà infligée en juin 2017 à Google. Dans le viseur à l'époque: l'abus de position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix "Google Shopping", au détriment de services concurrents.

Un (nouvel) abus de position dominante

♦ Bruxelles reproche à Google d'imposer aux fabricants de smartphones, comme Samsung, de pré-installer le système de recherche "Google Search". Selon l'exécutif européen, cette méthode aurait permis à la firme californienne d'imposer ce système d'exploitation à au moins 80% des appareils vendus en Europe.

♦ Aussi la Commission européenne reproche à Google d'avoir accordé des incitations financières aux fabricants et aux opérateurs de réseaux mobiles à la condition qu'ils pré-installent en exclusivité "Google Search" sur leurs appareils. Après plus de deux ans de discussions, la firme de Mountain View n'a pas réussi à convaincre les commissaires européens.

Comment décide-t-on du montant?

Le montant de l'amende est décidé au dernier moment et peut atteindre théoriquement, selon les règles de la concurrence européenne, jusqu'à 10% du chiffre d'affaires global de l'entreprise, qui s'élevait pour Alphabet, maison mère de Google, à 110,9 milliards de dollars en 2017 (94,7 milliards d'euros).
L'année dernière, Bruxelles avait imposé une amende  de 2,4 milliards d'euros à Google pour avoir favorisé son service de shopping par rapport à la concurrence.

Publié le 18/07/2018
A lire sur le site L'Echo