Victoire : Amazon remballe ses cartons Ó Montbert !
La Communauté de Commune de Grandlieu et Amazon abandonnent leur projet d’entrepôt XXL à Montbert. Après l’arrêt du projet d’Ensisheim en Alsace l’année dernière, c’est un nouveau recul pour le géant de Seattle, alors que son projet au Pont du Gard est menacé d’annulation devant les tribunaux.

Les opposants à l’expansion restent néanmoins mobilisés : Amazon ferait actuellement pression sur le Gouvernement afin d’obtenir un raccourcissement des délais de jugement des recours en justice menés contre ses projets.

La Communauté de Commune de Grandlieu vient d’annoncer mettre fin au premier projet d’entrepôt d’Amazon dans le Grand-Ouest : un monstre de 185 000 m2 pouvant livrer plus de 250 millions de colis par an. L’implantation fait l’objet d’une vive opposition des militants pour le climat, des syndicats, d’Attac, des commerçants locaux et d’une association de riverains. La Communauté de Commune affirme que le recours en justice déposé –  financé par les Amis de la Terre – ralentirait le projet pour plusieurs années. Elle préfèrerait finalement donner la priorité à des entreprises locales dont l’implantation sera davantage acceptée. Néanmoins, les expériences précédentes ont démontré qu’Amazon pouvait abandonner les projets faisant l’objet de recours en justice, comme ce fut le cas concernant l’entrepôt d’Ensisheim en Alsace,  il y a tout juste un an. Amazon avait nié être derrière le projet, mais l’analyse du dossier et plusieurs sources avaient confirmé aux Amis de la Terre qu’il s’agissait bien du géant américain.

L’addition pourrait encore s’alourdir pour Amazon alors que le projet d’entrepôt emblématique de Fournès, à proximité du Pont du Gard, est menacé d’annulation par le tribunal administratif de Nîmes. Jeudi dernier, le rapporteur public a émis un avis défavorable à la dérogation aux règles environnementales accordée par la préfète du Gard. Le projet ne présentant pas un intérêt général suffisant pour justifier une dérogation à la protection des espèces protégées. Le tribunal rendra sa décision le 9 novembre, et pourrait enterrer définitivement le projet d’Amazon dans le Gard.

Une dizaine d’autres entrepôts Amazon sont cependant en cours d’autorisation et de construction dans le territoire. A l’image de l’agence de livraison de Briec (Finistère), qui, malgré l’opposition des habitants, a vu les travaux débuter la semaine dernière.

Après l’exclusion des entrepôts de e-commerce du moratoire sur les zones commerciales 1, et la réduction par 2 de leurs impôts locaux par le Gouvernement 2, l’abandon du méga-entrepôt de Montbert est un signal d’espoir pour les opposants à l’expansion du géant de Seattle en France. Néanmoins, le soutien du Gouvernement à l’implantation d’Amazon est tel, qu’ils craignent de nouvelles manœuvres pour faire reculer l’opposition.

Alma Dufour, chargée de campagne aux Amis de la Terre France explique : “Sous la présidence d’Emmanuel Macron, le nombre de projets d’entrepôts Amazon a augmenté de 411% ! Exemption des contraintes sur l’artificialisation, cadeaux fiscaux, rien n’est trop beau pour Amazon, malgré la preuve que le modèle détruit 2 fois plus d’emplois qu’il n’en crée 3. La seule chose qui ralentit aujourd’hui les projets sont les oppositions locales. Une source à Bercy nous a appris que le Gouvernement envisageait donc de réduire considérablement les délais de jugement des recours contre les projets ! Les commerçants et les militants pour le climat ne se laisseront pas faire ! ”

Publié le 25/10/2021
A lire sur le site Les amis de la terre France